notre approche

 

+ Urbanisme négocié

«Le territoire est comme une conversation : on n’y entre qu’à condition d’écouter ce qui s’est dit, et l’on n’y prend la parole que pour la rendre»   Michel Corajoud

L’atelier cherche constamment à faire différemment, à réinventer la pratique du projet urbain. La concurrence n’est pas tout à fait envisagée comme les agences traditionnelles: partenariat, constellations de collaborations, co-constructions sont privilégiés. État d’esprit qui se retrouve dans les relations aux acteurs multiples du projet. 

L’atelier développe une méthode de travail par « lieux de négociations » qui lui a valu d’être lauréat du Palmarès 2014 des Jeunes Urbanistes ainsi que primée des concours Europan session 11 (Pôle Gare de Savenay), session 12 (Ville Campus de Paris-Saclay) et session 13 (Montreuil). Les schémas de maîtrise d’œuvre urbaine, hérités de l’architecture, sont mis à mal par une critique sévère des modèles urbains contemporains et par l’évolution de l’objet même de la mission du concepteur.

Pour convaincre, il faut élaborer et animer des partenariats plus larges, explorer et alimenter de nouveaux foyers d’optimisation,  adapter en permanence, mettre en forme et raconter le processus davantage que le projet.

logo_acteurs

Urbanisme inclusif

«Dans la plupart des cas, la maîtrise d’ouvrage n’existe pas, le concepteur doit lui même chercher et identifier des opérateurs susceptible d’être intéressés ou concernés. Le concepteur est alors l’artisan de l’intégration productive des délaissés de l’urbain.»           Alan Berger

 

Un projet urbain inclusif dépasse la notion de simple négociation. La communauté de projet devient alors actrice, levier, qui fait évoluer la fabrique de la ville : un opérateur urbain à part entière. Nous vivons une période où se développe en parallèle du sytème économique classique un nouveau système de production et de consommation fondé sur l’intérêt de la communauté plutôt que sur la seule satisfaction des désirs individuels.

Avec les acteurs de la ville, nous expérimentons des façons de faire plus inventive, plus économes, pour l’aménagement d’espaces et la construction de logements, ce sont des “pas de côtés urbains”. Ateliers et chantiers collectifs mobilisent ainsi une réappropriation locale, le savoir-faire et l’expertise de chacun.